Fonds franco-germano-suisse pour la musique contemporaine

Maerzmusik – Festival für Zeitfragen

Trois créations

Trois créations se dérouleront dans le cadre de MaerzMusik, qui se consacre cette année aux relations formées entre l’artiste, le public et la scène.

„LIEBE – Ökonomien des Handelns 3“ – Musiktheater (2015/2016) UA

L’argent en premier, ensuite la loi et enfin – l’AMOUR („Liebe“). Pour ce troisième volet du théâtre musical « Ökonomien des Handelns », le réalisateur Daniel Kötter et le compositeur Hannes Seidl présentent les aboutissements de leurs recherches sur les principes qui régissent les activités sociales. Tout comme dans leurs précédents volets « KREDIT » et « RECHT » présentés l’année dernière à MaerzMusik, les deux artistes ont également choisi d’expérimenter différentes formes de narrations documentaires dans les médias (film, musique). L’amour est l’élément central de leur projet même si celui-ci n’est pas traité sous sa forme romantique, mais plutôt perçu au sens sociologique comme lien social.

LIEBE – Ökonomien des Handelns 3
Sophiensæle

Mercredi 16.03.2016, 20:00
Jeudi 17.03.2016, 20:00
Vendredi 18.03.2016, 20:00

Pour clôturer cette représentation du 16 mars
Discussion en présence des artistes Daniel Kötter et Hannes Seidl avec Lydia Rilling

Daniel Kötter / Hannes Seidl Concept, Régie, Composition, Film
Rahel Kesselring / Natalia Orendain Assistante artistique, Équipement film et scène
Wolfram Sander Performance, Direction technique
Jan-Philipp Possmann Conseil en dramaturgie
Norman Thoerel Effets sonores
Daniel Kötter / Bodil Furu Caméra
Yngve Kristiansen Produktion Honningsvag
Remerciements à Blandakoret Honningsvag

 

Ensemblekollektiv Berlin – Konzert

L‘Ensemblekollektiv Berlin est un collectif réunissant l‘Ensemble Adapter, le Sonar Quartett, l’Ensemble Apparat et ensemble mosaik qui se base sur l’expérience de longue date accumulée par les quatre ensembles en musique de chambre. Deux compositeurs y sont mis à l’honneur : Timothy McCormack et Eduardo Moguillansky. Ce dernier étudie les différents moyens de mesurer l’Homme à travers effets secondaires acoustiques accomplies par diverses actions corporelles sur des instruments et appareils techniques. Timothy McCormack a développé son projet dans une perspective scientifique, démontrant que les sonorités ont une masse et sont ainsi appréhensibles en tant que corps physique.

Ensemblekollektiv Berlin
Haus der Berliner Festspiele, Große Bühne

Jeudi 17.03.2016, 20:00

Eduardo Moguillansky
Jardin d’Acclimatation
Pour grand ensemble (2011–2016) UA

Timothy McCormack
Uns – Apparatus
pour Ensemble (2013)

KARST
Pour grand ensemble (2016) UA

Pour clôturer :
Eduardo Moguillansky, Timothy McCormack et Samuel Stoll
Discussion avec Lydia Rilling (en anglais)

Ensemblekollektiv Berlin
Enno Poppe Direction
Daniel Plewe Dispositif électroacoustique

 

alif::split in the wall – a musical exhibition space (2016) UA

« alif::split in the wall» est une expérience qui retranscrit les principes des expositions d’arts plastiques et ceux de la performance sous forme musicale de concert. L’installation de l’artiste japonaise Chiharu Shiota recrée une sorte d’organisme dans lequel les musiciens et le public sont libres de circuler. Les compositeurs Stefan Goldmann et Samir Odeh-Tamimi offrent aux participants un espace acoustique de quatre heures marqué par les tensions entre continuité et éclat, par les relations entre la techno, les musiques arabes et l’avant-gardisme occidental.

alif::split in the wall – a musical exhibition space (2016) UA
Radialsystem V

Vendredi 18.03.2016, 19:00- 00:00
Samedi 19.03.2016, 19:00- 00:00

Chiharu Shiota Installation
Stefan Goldmann, Samir Odeh-Tamimi Composition

Salome Kammer Voix
Stefan Goldmann Live-Electronique
Jeremias Schwarzer Flûtes à bec, Direction
Zafraan Ensemble

Jeremias Schwarzer Concept, Direction artistique
Folkert Uhde Conception concert, Régie image
Ilka Seifert Conception concert, Dramaturgie
Daniel Weingarten Dispositif électroacoustique
Karel de Wit Lumière
Andreas Höfer Film
Carlo Grippa Effets sonores
Carsten Stark Direction technique
Zafraan Ensemble, bastille musique / Sebastian Solte Production

5ème salon de la série de dialogues franco-allemands « Avons-nous la même oreille ? À la découverte de la musique en France et en Allemagne »

Le 21 janvier prochain, à 19h, aura lieu le cinquième « salon » de notre série de dialogues franco-allemands « Avons-nous la même oreille ? À la découverte de la musique en France et en Allemagne » en présence de l’Ensemble KNM Berlin.

Celui-ci se consacrera au thème: « 2013 – 2050: Nouveaux débats et vieux clichés »

Quelles sont les actualités et les perspectives pour la musique contemporaine en France et en Allemagne ? Comment travaillent les nouvelles générations de compositeurs des deux côtés du Rhin ? S’intéressent-ils aux mêmes tendances et aux mêmes courants ? Sur quelles traditions se basent-ils ? De qui ou de quoi veulent-ils se démarquer ?

Les changements récents apportés par Internet et les nouvelles habitudes d’écoute de musique poussent les acteurs de la musique contemporaine en Allemagne à avoir une exigence d’évolution constante. La « musique nouvelle » se serait épuisée, et les compositeurs développent de nouveaux concepts tels que le « Gehaltsästhetische Wende », la « Diesseitigkeit », ou le « Neuer Konzeptualismus ». L’Allemagne serait donc à la recherche de son histoire après la « musique nouvelle ». La France  de son côté, se prépare à la mort de Boulez et se demande qui sera le « nouveau Boulez ». Cela passera sans doute par la mise au placard de ce que représentait Boulez, c’est-à-dire, par le retour à la musique tonale et aux mélodies chantables pour (et non contre) le public, une sorte d’anti-Boulez.

Pourquoi les jeunes compositeurs des deux pays ont alors autant de mal à être joué et accepté dans l’autre pays ? Dans quelles mesures les débats actuels se différencient ou se ressemblent des deux côtés du Rhin ?

Pour répondre à ces questions, le salon accueillera deux compositeurs et professeurs de composition : le compositeur français Jean-Luc Hervé et le compositeur allemand Manos Tsangaris ainsi que le spécialiste de l’histoire de la musique dans les deux pays, Martin Kaltenecker.

 

Modération: Uli Aumüller

Avec: Manos Tsangaris (Hochschule für Musik Dresden/Münchener Biennale), Jean-Luc Hervé (Compositeur) etMartin Kaltenecker (Université Paris VII.

 

Horia DumitracheTheo Nabicht et Kirsten Maria Pientka, du KNM Berlin, interpréteront: „Metal“ de Bruno Mantovani – pour clarinette et clarinette basse, „Decombré“ de Raphael Cendo – pour clarinette contrebasse et électronique et „schöner leben 5 (« Nix verstehen ist besser als gar nichts“ – M.K.) de Martin Schüttler – pour viole préparée et hauts parleurs.

Dispositif électroacoustique : Andre Bartetzki

Quatrième salon de la série de dialogues franco-allemands « Avons-nous la même oreille ? » à l’Institut français

Le 4 décembre à 19h prochain aura lieu le quatrième « salon » de notre série de dialogues franco-allemands « Avons-nous la même oreille ? À la découverte de la musique en France et en Allemagne. »

Celui-ci se consacrera au thème : Musique concrète à l’allemande

Le compositeur et ingénieur Pierre Schaeffer a entamé ses premières expérimentations dès 1943, se basant sur des enregistrements de sons. Cette « musique concrète », selon l’appellation qu’il lui a lui-même attribuée, est enseignée dans plusieurs écoles de musique et influence donc une grande partie de la vie musicale française. Encore aujourd’hui, un compositeur ne peut acquérir une vraie place en France sans avoir consacré une année à la recherche ou à la formation au GRM ou à l’IRCAM. En Allemagne, cette musique n’a cependant pas la même importance – les échos qu’on lui trouve dans la « culture club » mis à part.

Helmut Lachenmann est devenu célèbre en associant un aspect de la musique concrète à ses techniques de de jeu et de composition pour instruments traditionnels. Il appelle cela, la musique concrète instrumentale. Mais cette approche ne repose-t-elle pas sur un malentendu de ce qu’est vraiment la musique concrète ? Un malentendu cependant productif puisque de nombreux compositeurs et élèves s’en inspirent.

Le professeur Martin Zeck s’est beaucoup intéressé à la musique d’Helmut Lachenmann et à l’influence de celle-ci sur la musique contemporaine. Le compositeur berlinois d’origine française Mark Andre qui réunit les évolutions françaises et allemandes : l’électro-acoustique et la musique concrète instrumentale.

 

Conception : Uli & Sophie Aumüller

Modération: Uli Aumüller

Avec le Prof. Dr. Martin Zenck, Institut für Musikforschung, Universität Würzburg (Focus sur la musique contemporaine, esthétique et médias), Mark Andre, Hochschule für Musik Dresden.

L’évènement a lieu en allemand avec traduction consécutive en français.

Durée: 90 minutes

Institut Français Berlin
Kurfürstendamm 211
10719 Berlin

Entrée : 6 € /avec réduction 4 €

Caisse et bar : à partir de 18.30h

Informations et réservations:
Tel: 030 – 885 902 45
@: reservations@impulsneuemusik.com
www.impulsneuemusik.com

Une série d’Impuls neue Musik en collaboration avec l’Institut Français et l’ensemble KNM de Berlin. Avec nos remerciements à nos partenaires medias Kulturradio RBB et taz.

Troisième soirée de la série de dialogues franco-allemands « Avons-nous la même oreille ? » à l’Institut français le mardi 4 novembre à 19h

le 4 novembre prochain à 19h aura lieu le troisième salon de notre série de dialogues franco-allemands « Avons-nous la même oreille ? À la découverte de la musique en France et en Allemagne. » à laquelle nous souhaitons vous inviter aujourd’hui.
Celle-ci se consacrera au thème

1977 – 2013: Musique électroacoustique des deux côtés du Rhin

Peu après la deuxième guerre mondiale, le compositeur et ingénieur du son Pierre Schaeffer a commencé à travailler, dans les studios de Radio France, sur une musique née avec l´apport des nouvelles techniques de manipulation du son á partir de supports d’enregistrement vinyle puis magnétophone. Le Groupe de Recherches musicales (GRM), qui existe encore de nos jours, a ainsi été créée en 1958. De l’autre côté du Rhin, en 1951 avait été fondé le Studio für elektronische Musik dans les locaux de la WDR de Cologne. En 1977, l’IRCAM devient principal centre de recherche pour l’emploi de technologies électroniques et numériques, tandis qu´en 1971, le « Experimentalstudio der Heinrich-Strobel-Stiftung » à Fribourg (en Brisgau) débute ses activités. L’observation des auto-présentations de ces institutions ayant pour centre la Musique Contemporaine et l’électroacoustique, nous ramène aux débuts du XIXe siècle où E.T.A Hoffman fabulait de «  l’espace insolite des sons » (surtout concernant Beethoven) et se sentait transporté dans un « royaume acoustique enchanté », doté en plus de qualités religieuses et transcendantales. Actuellement, les studios électroacoustiques emploient encore des termes similaires. Est-ce que parce qu’ils ont l’espoir, 200 ans après Hoffmann et 100 ans après Wagner, de réaliser leur anciens rêves, grâce à la technologie moderne du son. Existe t´il encore de l’espace pour de nouveaux sons ou même de nouveaux univers de sons?

A ce sujet, Uli Aumüller a invité les deux experts Detlef Heusinger et Christian Zanési.

Conception : Uli & Sophie Aumüller.

Durée: 90 minutes.

L’évènement a lieu en allemand avec traduction consécutive en français.

Institut Français Berlin, Kurfürstendamm 211, 10719 Berlin

Entrée : 6 € /avec réduction 4 €.
Caisse et bar : à partir de 18.30h.

Informations et réservations : Tel. 030 – 885 902 45 ou reservations@impulsneuemusik.com www.impulsneuemusik.com

Une série d’Impuls neue Musik en collaboration avec l’Institut Français et l’ensemble KNM de Berlin. Avec nos remerciements à nos partenaires medias Kulturradio RBB et taz.

logo kultur radio logo taz logo impuls Logo IFKNM_PINK_Klein