Fonds franco-germano-suisse pour la musique contemporaine

Ulysses – OPUS XXI

11.08.2017 | Bregenzer Festspiele

L’académie d’été Opus XXI met à disposition des espaces ouverts, permettant aux jeunes compositeurs et interprètes l’expérimentation, l’improvisation et la rencontre avec diverses directions esthétiques. Elle aura lieu en 2017 à la Musikschule de Trossingen et offrira la possibilité à un groupe de 30 jeunes diplômés d’écoles de musique françaises et allemandes de travailler avec un compositeur en résidence de renommée et un ensemble de musique contemporaine expérimenté. L’objectif de l’Académie est la promotion et la diffusion de la musique contemporaine grâce à une médiation complète au plus haut niveau et par l’attribution de contrats de composition à de jeunes compositeurs. Le réseau ULYSSE permet l’échange avec d’autres académies européennes telles que l’IEMA (Internationale Ensemble Modern Academy). Les répétitions quotidiennes et les ateliers sont complétés par des conférences sur des questions philosophiques, littéraires et artistiques, des questions de droit d’auteur ainsi que sur l’édition musicale. Le résultat des répétitions de deux œuvres commandées, des morceaux choisis par le compositeur en résidence ainsi que d’autres pièces de jeunes compositeurs participants seront présentées lors d’un concert de clôture le 11 août dans le cadre des Bregenzer Festspiele.

Quatuor Tana – Triangle de Weimar

01.2018 – 08.2018 | Fondation Genshagen

09.18 | Kontraklang, Heimathafen Berlin

TBC

Pour le projet « Triangle de Weimar », le Quatuor Tana rassemble de jeunes musiciens de musique contemporaine venant de France, d’Allemagne et de Pologne, pour faire revivre sur un plan musical les liens trilatéraux ainsi que pour donner un signal fort encourageant l’Europe d’aujourd’hui. En collaboration avec la pianiste polonaise Julia Samojlo et la soprano allemande Caroline Melzer, le Quatuor Tana passe trois commandes de composition à Aurélien Dumont (FR), Birke Bertelsmeier (DE) et Mikolaj Laskowski (PL). En deux phases de travail, le programme qui rassemblent différentes formations est travaillé ensemble au sein de la Fondation de Genshagen dans le cadre de résidences artististiques. Par la suite, en coopération avec l’Institut Adam Mickiewicz et l’Institut français en Pologne, une série de concerts et la participation à des festivals en France, en Allemagne et en Pologne sont prévus pour présenter le nouveau programme au public.

Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris – Paris-Berlin

25.01.2018 | Studio Saal, Hochschule für Musik Hanns Eisler, Berlin

29.01.18 | Espace Maurine Fleuret, CNSMDP, Paris

L’ensemble Paris-Berlin (regroupant les étudiants de la CNSMDP et de la Hochschule für Musik de Berlin) interprétera en janvier 2018 trois œuvres françaises et allemandes. Placé sous la direction du compositeur, chef d’orchestre et directeur du Conservatoire de Paris Bruno Mantovani à Berlin et du chef d’orchestre, professeur et directeur de l’ensemble contemporain de la Hochschule für Musik Hanns Eisler Manuel Nawri lors du concert parisien, l’ensemble interprétera pour la partie « française » des œuvres de Varèse, Grisey, Boulez, Mantovani, ainsi qu’une création d’un étudiant en composition à Paris, et pour la partie « allemande » des œuvres de Schwer et de Schöllhorn, une création pour violon et ensemble de la compositrice d’origine coréenne enseignant à Berlin Eun-Hwa Cho. Les concerts seront précédés d’un atelier/concert-lecture modéré par Bruno Mantovani et Hans-Peter Kyburz.

Donaueschinger Musiktage – Wednesday Morning 3AM

20., 22.10.2017 | Donaueschinger Musiktage

Automne 2017 | IRCAM Paris

09.2017 | Festival Musica, Strasbourg

Le projet « Wednesday Morning 3am » est une collaboration entre le compositeur Alexander Schubert, l’IRCAM et L’Ensemble Intercontemporain. Le compositeur Alexander Schubert s’occupe dans son travail intersectoriel, des interfaces entre la musique acoustique et électronique. Pour la pièce « Wednesday Morning 3am », Alexander Schubert prévoit une situation unique avec trois musiciens visibles et trois musiciens non-visibles : des mirroirs acoustiques et optiques joueront avec la perception et l’attente du public. Dans ce projet, les activités de l’IRCAM se focalisent sur le travail classique d’un studio tandis qu’Alexander Schubert s’oriente plutôt vers les techniques de la pop et du Do it Yourself.