Fonds franco-germano-suisse pour la musique contemporaine

Portrait Gérard Pesson

22.-24.4.16 – Saalbau Witten

À l’occasion des Wittener Tage für neue Kammermusik qui se dérouleront du 22 au 24 avril 2016, un portrait de Gérard Pesson sera mis à l’honneur. Il comprendra plusieurs créations, qui serviront de fil rouge au programme du festival.
La Cantate égale pays pour voix, instruments et électronique sera jouée en première allemande (avec les groupes Exaudi et L’Instant donné ainsi qu’IRCAM). Le cycle de la durée d’une soirée intègre des trouvailles et des samples des sons naturels, il oscille entre les secteurs et entre les langues, il relie les éléments du theâtre musical, de l’univers de cantates de Bach, de la musique de chambre et l’électronique.

Deux autres créations commandées par la WDR sont également prévues. La première, un trio clarinette, violoncelle, piano (avec le trio Catch). La seconde une œuvre pour orchestre de chambre (avec l’orchestre symphonique du WDR de Köln) qui se réfère à « l’Opéra Pastorale. »

Dans une interview-concert Pesson donnera des informations sur sa vie et sur son travail, entrecoupé par de courtes œuvres de musique de chambre comme « Fureur contre informe » pour trio à corde, « Duo Bruissant divisé » pour violon et violoncelle, tout comme une sélection   du Sextett « Récréations françaises ».

Démesures

Caligari Theater, Berlin
Dans le cadre de la Salzburger Biennale
20.3.15 – 17:00 / 20:00
21.3.15 – 17:00 / 19:00 
/ 20:00
22.3.15 – 16:00

« Démesures » exprime une réaction musicale forte face à une perte de repère dans un monde saturé par les informations de masse. La notion de masse – musicale, visuelle, sociale – est le thème de ce spectacle qui met en résonance le matériau sonore, saturé à de différents niveaux, avec des expériences physiques collectives.

Neuf musiciens sont acteurs et maîtres de cérémonie d’un rituel théâtral et musical. Six pièces de jeunes compositeurs français et allemands sont intégrées à un dispositif scénique dans lequel l’eau est symbole de dissolution et d’intégration. Le collectif aujourd’hui est marqué par l’utilisation des médias de masse. Les individus passent un temps exponentiel isolés devant des machines, tout en étant connectés avec le plus de personnes possibles. Par ailleurs les lieux de compensation de cette solitude – stades, festivals, clubs – sont tout autant en explosion. Gustav Le Bon, Elias Canetti et Byung Chul Han ont pu donner des clés pour comprendre les mécanismes de pouvoir sur ces foules.

Johannes Kreidler, Martin Grütter, Pierre Jodlowski, Raphaël Cendo, Franck Bedrossian et Alexander Schubert appartiennent à une génération qui est confrontée à cette société de masse. Des masses aujourd’hui tellement surdimensionnées, qu’ils les définissent par un sentiment de saturation. Les oeuvres sont des pièces virtuoses qui jouent avec des sons excessifs, riches et explosifs. Il ne s’agit pas seulement de démonstration de force mais surtout de riches palettes de nuances, de techniques fines de collage et de poésie.

La mise en scène de «Démesures» traite du désir et de la peur de se laisser couler dans la masse. Nous pensons ici les masses d’informations de la même manière que les masses de personnes: comme des matières incontrôlables, dans lesquelles on va chercher à se perdre, ou à conquérir sa liberté. Le visiteur – déambulant ou assis – est intégré dans des processus ritualisés, vivant des expériences d’isolement ou de communion avec le groupe.

Hommage à Georges Aperghis

23.3.15, 19:30 – Haus der Berliner Festspiele, Seitenbühne
25.3.15, 19:30 – Kammermusiksaal der Philharmonie

Le festival Maerzmusik des Berliner Festspiele organise un focus sur le travail du compositeur franco-grec Georges Aperghis qui vit depuis 1963 à Paris, à l’occasion de son 70ème anniversaire.

Aperghis est un des compositeurs français le plus significatif, pourtant son travail n’a que rarement été présenté à Berlin. Au cœur de l’hommage, que nous avons conçu avec Aperghis, est la composition Situations pour 23 Solistes d’Aperghis qui représente pour nous le mieux la volonté d’Aperghis de travailler avec et pour les interprètes. À partir de là Aperghis veut présenter des œuvres solo et de musique de chambre de ses 40 ans de compositions. Des workshops, des projections de films et des petites expositions sur Aperghis seront également proposées.

Voix, Quatuor et Création

23.3.15   – Théâtre des Bouffes du Nord – Paris
3.-4.4.15 – Masterclass avec Jörg Widmann – Institut Goethe Paris, France
12.4.15   – Théâtre des Bouffes du Nord – Paris

13.4.15   – Théâtre des Bouffes du Nord – Paris
15.10.15 – Schloss Elmau, Elmau

L’association ProQuartet se consacre depuis 26 ans à la promotion du quatuor à cordes, de la musique de chambre et des jeunes ensembles. Elle s’investit dans une démarche de diffusion du répertoire classique et contemporain ainsi que dans la création française et allemande. Parallèlement, elle développe un programme de formation professionnelle réunissant les enseignants les plus représentatifs de notre temps des deux pays.

Depuis de nombreuses années, ProQuartet poursuit la réalisation d’une série de concerts permettant la meilleure connaissance mutuelle des différentes esthétiques et répertoires des deux cultures. Dans le cadre de sa démarche en faveur de la musique d’aujourd’hui, ProQuartet a notamment initié un programme de développement d’un répertoire spécifique alliant la voix aux ensembles instrumentaux de musique de chambre et en particulier au quatuor à cordes, valorisant la vocalité des cordes et l’instrumentalité de la voix.

Ainsi, en 2013, le monodrame de Graciane Finzi pour voix et quatuor à cordes «Fräulein Else» d’après la nouvelle d’Arthur Schnitzler a été créé au Théâtre des Bouffes du Nord et repris à Hambourg dans le cadre du programme IMPULS. Selon son principe de la rencontre artistique intergénérationnelle franco-allemande, ProQuartett réunissait pour cette production un jeune Quatuor français et une grande soprano allemande : le quatuor Voce avec Juliane Banse. Selon son concept d’élargissement du répertoire, les transcriptions des « Sieben frühe Lieder » d’Alban Berg par Heime Müller enrichissaient le programme.

Pour 2015, ProQuartet propose de poursuivre ce Cycle avec 4 manifestations, en France également organisées au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris, suivi par une manifestation à Schloss Elmau, Allemagne

Le 23 mars, A l’occasion de son 10ème anniversaire, le Quatuor Voce (FR), accompagné par la soprano Salomé Haller (FR), interprètera le 4ème Quatuor de Philippe Fénelon pour voix de soprano sur des poèmes de Rainer Maria Rilke (commandité par ProQuartet et créé à Fontainebleau en 2000). Il sera précédé par le Quatuor n°2 du compositeur français Bruno Mantovani, crée en 2013, et le Quatuor KV 499 de W.A. Mozart. L’arrangement des « Lieder opus 2 » d’Alban Berg par Heime Müller complètera la série des transcriptions entamée en 2013 dans le cadre d’Impuls.

Deux autres concerts seront consacrés au compositeur et clarinettiste allemand Jörg Widmann ainsi qu’à deux de ses compositeurs de référence : Robert Schumann et Wolfgang Rihm. Dans cette perspective, l’intégrale de ses 5 quatuors sera présentée par un Quatuor allemand et un Quatuor français.

Les 3 et 4 Avril, en prélude aux concerts franco-allemands, une masterclass avec Jörg Widmann en tant que pédagogue se déroulera à l‘Institut Goethe à Paris, autour du répertoire de la musique de chambre pour clarinette du 18ème au 21ème siècle (Mozart, Reger, Brahms), et d’œuvres contemporaines (György Kurtag, Wolfgang Rihm, ses propres œuvres). Les jeunes musiciens français auront ainsi la possibilité d’avoir une approche privilégiée avec la musique de ce compositeur allemand, majeur dans son pays mais encore peu connu en France.

le 12 Avril, le Quatuor Minguet interprétera d’abord le Quintette opus 44 de Schumann avec Dana Ciocarlie au piano. Dans la deuxième parti, les Quatuors 1 à 4 de Jôrg Widmann alterneront avec ses « Humoresken » pour piano, une allusion à Schumann.

Le 13 avril, après la création française d’ « Air » pour cor solo de Jörg Widmann, nous entendrons d’abord la création française du sextuor pour cor, clarinette et cordes de Wolfgang Rihm, présenté par le Danel-Quartette, avec Bruno Scheider au cor et Jörg Widmann à la clarinette, qui sera également le soliste dans le Quintette avec clarinette KV 581 de W. A. Mozart. Pour le dernier quatuor de Widmann « Versuch über die Fugue » avec voix, la jeune soprano Nora Lentner rejoindra le quatuor Danel.

Le 15 octobre 2015, dans la prestigieuse salle de concert de Schloss Elmau en Allemagne, le Quatuor VOCE se produira avec la soprano Christiane Oelze, dans un concert présentant – pour la première fois en Allemagne – le Quatuor avec Voix de Philippe Fénelon. La transcription des 4 Lieder opus 2 d’Alban Berg et le Quatuor à cordes KV 499 de W.A. Mozart complèteront le programme.

Concert – Colloque / Festival Musica-GREAM

Concert: 24.9.15
Colloque: 25.09.15

Concert de l’ensemble Linea et colloque sur le thème des relations franco-allemandes dans la musique, dans la continuité de la série de dialogues initiée par Impuls neue Musik « Avons-nous la même oreille ? À la découverte de la musique en France et en Allemagne ». Le projet aura lieu dans le cadre du festival Musica2015 de Strasbourg, avec le studio expérimental Labex GREAM de l’université de Strasbourg.

L’ensemble Linea de Strasbourg, sous la direction de Jean-Philippe Wurtz, présentera Mouvement (–vor der Erstarrung) (1982-84) de Helmut Lachenmann et Corps de Raphaël Cendo, en création mondiale avec Wilhem Latchoumia au piano.

De nombreuses personnalités du monde de la musique contemporaine seront présents au colloque « Créer, écouter, ressentir, s’identifier : le dialogue musical franco-allemand aujourd’hui ».  Entre autres Pierre Michel, Ulrich Mosch, Martin Kaltenecker, Thierry Blondeau, Thomas Bruns, Raphaël Cendo, Helmut Lachenmann, Michaël Levinas, Olivier Schneller ou Jean-Philippe Wurtz.

Camera Obscura / Lucida

17.9.15 – Berlin – Ausland
19.9.15 – Montreuil – Instants Chavirés

Echange entre les échanges Konzert Minimal (Allemagne) et Dedalus (France). Les oeuvres de leur répertoire se recoupent (Wandelweiser, Catherine Lamb) ou se complètent, et ce projet d’échange permettra de découvrir l’approche singulière de chaque formation et donnera naissance à un travail nourrit de cette entente mutuelle. Pour se retrouver, KM et Dedalus ont décidé de passer commande à Peter Ablinger d’une oeuvre à instrumentation libre prenant en compte cette idée de rencontre et d’échange. L’oeuvre de Peter Ablinger intéresse au plus haut point les musiciens des 2 ensembles par sa radicalité, son originalité et sa profondeur conceptuelle, notamment dans son traitement novateur du bruit. Dans le projet, le compositeur et les interprètes se trouvent de chaque côté d’un écran. L’écran représente à la fois la partition, la projection d’idées et d’intentions que partagent le compositeur et les interprètes.

L’Instant Donné et le neue Vocalsolisten

8-9.2.15 – Festival Eclat – Stuttgart

En donnant suite à une première association entre L’Instant Donné et les Neue Vocalsolisten, les deux ensembles ont voulu inscrire leur collaboration dans la durée. Le nouveau projet de Ramon Lazkano, Ceux à qui… sur un poème d’Edmond Jabès spécialement écrit pour L’Instant Donné et les Neue Vocalsolisten a remporté le prix de la Fondation Coupleux-Lasalle qui encourage la création artistique dans le domaine musical, notamment dans le celui de la voix. Les six chanteurs et huit instrumentistes s’essaient au dialogue et à l’exclamation alors que, petit à petit le poème se dissout dans la musique. Au départ, supports de l’acion vocale, les instruments s’enlisent progressivement mais irrémédiablement, entraînés par le bégaiement et l’effondrement du texte. La pièce de Johannes Boris Borovski est conçue pour trois ensembles musicaux différents : un ensemble vocale, un duo de piano et un quatuor à cordes. Les textes ont été élaborés avec la réalisatrice Maryna Vroda et présentent un langage quotidien. Le théme est le conflit entre hétéronmie et autonomie dans les relations humaines. Pourtant, il n’y a pas ici de contenu volontairement philosphique ou politique. Cette antinomie sert tout d’abord de base dramaturgique et permet d’élaborer un dialogue musical ultra contrasté et non systématque qui fait la part belle à ce qui peut apparaître comme illogique ou absurde.

Photo @ Suzanne Brun